Le Pays du sourire… premier stop Bangkok

Après quelques heures passées dans le mini-van de Siem Reap à Bangkok, secoués comme des milk-shake à la banane (oui, la conduite des thaï est bien plus sportive que celles des vietnamiens et des cambodgiens), nous sommes arrivés en fin d’après-midi à Bangkok dans la très jolie auberge OLDTOWN… Assez récente et très accueillante, nous avons décidé d’y poser nos valises pour 4 nuits.

DSC_4320 (Copier)

Située non loin de Chinatown, nous sommes allés tous les trois nous restaurer, et manger ainsi chinois… Original pour notre premier repas en Thaïlande…

IMG_3941 IMG_3943

IMG_3918

Le lendemain, nous sommes allés prendre le métro de la capitale, direction le marché de CHATUCHAK afin que Gé puisse trouver ses derniers souvenirs…

DSC_4603 (Copier)

Sur la route pour nous y rendre, nous avons croisé dans un bras de rivière, quelques amis Varans et autres constructions douteuses… ou plutôt bancales dira-t-on…

DSC_4181 (Copier) DSC_4182 (Copier)

Petite parenthèse sur le métro bangkokois qui est au même titre que celui de Tokyo, Osaka, Shanghai ou Beijing  très appréciable par sa propreté, modernité, sa fraîcheur et ses indications très claires.

Nous avons également dégusté notre premier  » Mango Sticky Rice »,  un dessert incontournable en Thaïlande. Ce met est composé de  riz collant cuit et arrosé de lait de coco, accompagné de lamelles de mangue fraîche, à manger tiède…

DSC_4184 (Copier)

Grâce à des amis de Gé habitant sur Bangkok, et à leurs amies thaïlandaises, nous avons passé une soirée au top (la dernière de Gé) au Pink Panthère. Boîte discothèque, qui se transforme également en ring de boxe thaï le temps d’un combat, située en plein dans le quartier des nuits « chaudes » de Bangkok … Rentrée en Tuk-Tuk à 4h du matin…

photo IMG_3945 IMG_3972 IMG_3953

 

IMG_3974

Le lendemain, ce fut un réveil un peu difficile du fait du départ de notre 2ème acolyte 😢😂.. Nous l’avons ramené jusqu’à l’aéroport…

photo3

Sur le chemin du retour, nous avons assisté à une scène très surprenante… Il était 18h et tout le monde s’est arrêté, l’hymne national a retenti pendant 45 secondes dans le hall du métro… Et puis tout a repris normalement. De retour, nous avons recherché la signification de ce passage…
Le premier ministre Phibunsongkhram a décrété que l’hymne serait joué tous les jours à 8h et à 18h et que tout le monde devait se lever pour montrer le respect envers la nation. Cette loi est toujours en vigueur aujourd’hui et l’hymne national peut être entendu sur les radios et télévisions tous les matins à 8 heures et à 18 heures. Il est également joué dans les lieux publics.

Vidéo à l’appui ci dessous :

IMG_4036

Nous avons aussi appris qu’une loi martiale avaient été mise en place du 20 mai 2014 au 15 avril 2015 levée par le roi. Pendant cette période un couvre-feu de 22h a 5h du matin avait été décrété.

Voici également quelques bases à savoir en Thaïlande :

* Les Thaïlandais sont souriants et polis, et préfèrent l’esquive à la confrontation… Mais ce à condition de ne pas toucher à ce qui est sacré pour eux : la Nation, la monarchie et le bouddhisme qui sont les trois piliers de l’identité thaïlandaise.

* Être piéton : En Thaïlande un piéton n’a pas les mêmes droits qu’en France, et surtout pas celui de forcer le passage devant une voiture, ou pire encore un bus.Règle d’or pour éviter de passer bêtement ses vacances à l’hôpital : les bus, poids lourds, camions etc… ont toujours la priorité.

* Montrer du doigt : C’est un geste très déplacé en Thaïlande. Lorsque les Thaïlandais veulent désigner quelqu’un, ils le font plutôt avec un mouvement du menton ou du regard.

* Pointer ses pieds vers une personne : C’est très impoli car les pieds sont considérés comme la partie la plus basse et la plus sale du corps. Lorsque vous vous asseyez dans un temple devant un Bouddha ou devant un moine, il faut se mettre à genoux ou assis de façon à ce que les pieds soient tournés du côté opposé à leur regard.

* Enfin, on a appris que la Thaïlande était LE pays du sourire donc sourions 😁…

Nous en avons ensuite profité pour booker notre billet de train de nuit pour Chiang Mai et goûter une des spécialités Thaï tellement bonne et peu chère, le « Pad Thaï « (nouilles de riz sautées aux œufs, avec viandes ou crevettes au choix, cacahuètes, tofu et pousses de soja) So delicious..!!!

DSC_4315 (Copier) DSC_4316 (Copier)
Le dimanche a été l’occasion pour tous les deux d’aller visiter les temples de Wat Pho avec son fameux Bouddha couché de 43 mètres.

DSC_4198 (Copier) DSC_4200 (Copier) DSC_4205 (Copier) DSC_4233 (Copier) DSC_4243 (Copier) DSC_4246 (Copier) DSC_4219 (Copier) DSC_4221 (Copier)

Ainsi que Wat Arun (malheureusement en travaux).

DSC_4291 (Copier)

 

DSC_4283 (Copier) DSC_4286 (Copier)

La nuit tombée, nous sommes allés flâner dans la célèbre Kao San Road,  connue pour ses nombreuses guest houses… C’est en effet le rendez-vous des touristes et des backpackers à Bangkok.

DSC_4613 (Copier)

Nous y avons dégusté notre premier apéro à base de sauterelles, scorpions et larves grillées… On ne dira pas que c’était délicieux car les insectes n’ont pas beaucoup de goût au final. Ils sont tellement grillés que cela ressemble à des chips ou autre petits salés bien connus chez nous….

DSC_4308 (Copier) DSC_4306 (Copier)

DSC_4294 (Copier) DSC_4297 (Copier) DSC_4301 (Copier) DSC_4309 (Copier)

Angkor un matin…

Notre trajet vers le Cambodge commença sur les chapeaux de roue, un bus tout confort direction la capitale Phnom Phen : sièges inclinables, sandwichs « Vache qui rit » et Oréo. Morphée nous a très rapidement fait de l’oeil…

Après 7h de trajet, un passage à la frontière et un visa de 30€, nous sommes arrivés à Phnom Penh pour une petite escale de 6h avant le prochain bus de nuit direction Siem Reap.

Ce petit stop a été l’occasion pour nous de vivre notre premier trajet en Tuk-Tuk, mais aussi de voir malheureusement la face cachée du tourisme sexuel au Cambodge… A peine assis à la terrasse d’un café, Geoffrey a eu le droit à un rapide massage des épaules qui semblait clairement être une approche pour une suite qui en disait long sur ce type de tourisme…

A 22h nous avons regagné la gare routière afin de prendre notre bus de nuit. Ce trajet nocturne fut, contrairement à celui de la journée, bien chaotique en raison de l’état de la route et des ses nombreux nids de poule. C’est bien secoués et fatigués que nous avons été laissés au bord d’une route de Siem Reap à 4h du matin, le terminus du bus. Nous avons donc rejoint notre hôtel en Tuk-Tuk afin d’y finir notre nuit.

Nos 3 jours à Siem Reap furent à la fois endurant et incroyablement enrichissant avec la visite des temples d’Angkor, mais aussi reposant, notamment grâce à la piscine située sur le toit de l’hôtel, et au confort de la chambre.

IMG_3905

Le premier jour, nous avons testé la visite de ce site archéologique à vélo, en passant devant le mythique temple d’Angkor Wat sans nous y arrêter, pour rejoindre les deux temples les plus éloignés, Preah Khan et Neak Poan.

DSC_3798 (Copier)

DSC_3998 (Copier) DSC_4002 (Copier)

DSC_3801 (Copier) DSC_3804 (Copier) DSC_3805 (Copier)

Notons que ce site archéologique s’étend sur environ 400 km² et consiste en une foule de temples, de structures hydrauliques (bassins, digues, réservoirs, canaux) et de route de communication.

Il faut savoir que la cité d’Angkor a connu son apogée et son extension maximale vers 1200 sous le règne de Jayavarman VII. Les temples d’Angkor-Wat constituaient une cité agro-urbaine de 750  000 habitants et de 1 000 km2, soit le plus important complexe urbain du monde préindustriel. Son effondrement reste aujourd’hui encore méconnu. Voici différentes hypothèses : difficulté à maîtriser leur espace, complexité de leur organisation sociale et spatiale, autodestruction par des guerres de longue durée, ou encore disparition du fait des changements climatiques…

La cité Khmère possédait un impressionnant réseau hydraulique (bassins et retenues d’eau, barrages et canaux, construits jusqu’à 50 km en amont au nord de la ville) qui servait à drainer les pluies des moussons. Ces eaux étaient stockées puis relâchées en fonction des besoins.

Au final, les archéologues pensent que c’est le dysfonctionnement de son système hydraulique, qui a rendu Angkor vulnérable, et n’est ainsi plus parvenu à contrôler sa propre complexité.

DSC_4072 (Copier)

 

DSC_3878 (Copier)

CAMERA

DSC_3815 (Copier) DSC_3818 (Copier) DSC_3821 (Copier)

Sur le chemin du retour, après avoir pédalé 30 km sous un soleil de plomb, nous avons négocié notre journée du lendemain avec un agent de la sécurité, chauffeur de Tuk-Tuk pendant ses jours de repos. Il nous a proposé un circuit de 9h (de 4h à 13H), commençant par un lever de soleil sur Angkor Wat…

Après cette journée sportive, ce n’est pas mécontent que nous avons quitté nos selles de vélo et piqué une tête dans la piscine tout en y admirant un joli coucher de soleil sur la ville.

DSC_3907 (Copier) DSC_3909 (Copier)

Le lendemain, comme convenu, notre chauffeur de Tuk-Tuk nous attendait devant l’hôtel a 4h15… et nous voilà parti à la découverte des autres temples. Mais tout d’abord, nous avons contemplé un magnifique lever de soleil sur le temple d’Angkor Wat, où nous n’étions bien évidemment pas les seuls…

CAMERA

CAMERA

CAMERA

CAMERA

CAMERA

Puis nous avons enchaîné avec un petit déjeuner avant de poursuivre ce périple par la visite du magnifique temple du Bayon orné d’innombrables sculptures. (…Il fut d’ailleurs notre coup de cœur de la journée).

DSC_4005 (Copier) DSC_4022 (Copier) DSC_4033 (Copier) DSC_4032 (Copier)DSC_4042 (Copier) DSC_4044 (Copier)

Direction ensuite le temple de Ta Keo…

CAMERA

DSC_4054 (Copier) DSC_4069 (Copier) DSC_4092 (Copier) DSC_4084 (Copier)

DSC_4080 (Copier)

Puis le légendaire temple de Ta Prohm, endroit rendu en partie célèbre par le film « Tomb Raider », où les racines des arbres ont fusionné avec la roche des temples, créant des scènes presque irréelles…

DSC_4119 (Copier) DSC_4113 (Copier) DSC_4097 (Copier) DSC_4130 (Copier)

CAMERA

CAMERA

Pour ensuite finir vers midi par le majestueux temple d’Angkor Wat, en profitant de la pause déjeuner des tours organisés. Sur le chemin allant vers l’entrée du temple, nous avons été spectateurs de scènes assez comiques entre singes (câlins, bagarres et ….. « biiiiiiiiiiiiip »)

CAMERA

DSC_4141 (Copier) DSC_4140 (Copier)

 

DSC_4149 (Copier) DSC_4145 (Copier) DSC_4158 (Copier) DSC_4161 (Copier) DSC_4167 (Copier) DSC_4169 (Copier)

CAMERA

CAMERA

La visite de ce temple nous a laissé un peu sur notre faim. Le site d’Angkor Wat est certes le plus connu mais à nos yeux il n’est pas le plus surprenant. Il est impressionnant par sa taille mais pas forcément par ses détails.

Notons que les temples d’Angkor sont classés depuis 1992 au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui a mis en oeuvre un vaste programme de sauvegarde du site et de son environnement.

DSC_4131 (Copier) DSC_4133 (Copier)

La nuit tombée, nous sommes allés nous restaurer dans une petite cantine locale, pour 10 $ à trois, avec entrées, plats et boissons. Chose surprenante, ici la monnaie courante n’est pas le Riehl comme on le pensait mais le dollar USD…

Ho Chi Minh et ses souvenirs de guerre

Partis de bonne heure de l’aéroport de Danang, nous avons atterri 1h15 plus tard a Ho Chi Minh Ville. Une fois nos affaires déposées à la guest-house, nous avons immédiatement pris la direction du musée des souvenirs de guerre. Repartant dès le lendemain matin avec Gégé pour le Cambodge et Lauria ayant son avion retour le lendemain soir pour la France, nous n’avions pas de temps à perdre.

Après 3h de visite et d’immersion dans l’histoire tragique des ces guerres (guerre d’Indochine, guerre du Vietnam et guerre contre les Khmers rouges), nous en sommes sortis touchés, et horrifiés par les atrocités qu’ont subies les Vietnamiens et dont le passé nous est méconnu, car très peu étudiée dans nos programmes d’Histoire.

Il s’agit d’un pays meurtri par une succession de guerre, qui n’entrevoit la paix que depuis ses 30 dernières années…

Notre journée sur HCM se poursuivit par une visite de la cathédrale « Notre Dame de Saïgon » ainsi que par sa poste centrale, ces deux édifices ayant été construits par les Français et l’administration des Postes Françaises à l’époque de l’Indochine.

DSC_3756 (Copier) DSC_3762 (Copier) DSC_3768 (Copier)

Puis se clôtura par une petite soirée au marché de nuit, attablés sous une tente d’une cantine locale. Suivie d’une petite ballade digestive dans les rues animées de l’ancienne ville impériale, la plus grande du Vietnam, autrefois appelée Saïgon.

DSC_3782 (Copier) DSC_3775 (Copier) DSC_3780 (Copier) DSC_3773 (Copier)

C’est avec un petit pincement au cœur que nous quittons notre auberge le lendemain matin, en souhaitant un bon retour à notre amie Lauria, dont le vol retour est prévu le soir même.

Quand à nous, nous voici partis tous les 3 direction Bangkok avec une halte de 4 jours au Cambodge…

La ville de Hoi An, ses lampions et ses tailleurs

Nos 14 heures de trajets en train sont très vite passées. Nous avions notre propre compartiment de 4 couchettes et avons dormi comme des bébés.

L’hôtel choisi pour séjourner 3 jours à Hoi An était assez classieux. Nous voulions tous les quatre nous reposer et nous faire plaisir et avions donc choisi l’option piscine 😜.

Farniente le matin au bord de la piscine à siroter des jus de fruits frais à la mangue, ananas ou pastèque.

IMG_3762 IMG_3784

DSC_3685 (Copier)

… Ballade dans le centre de la jolie petite ville d’Hoi An

DSC_3707 (Copier) DSC_3703 (Copier) DSC_3701 (Copier) DSC_3696 (Copier) DSC_3694 (Copier) DSC_3683 (Copier) DSC_3674 (Copier) DSC_3670 (Copier)

… Fabrication de vêtements sur-mesure chez un des nombreux tailleurs de la ville.

DSC_3663 (Copier) IMG_3770 DSC_3666 (Copier) IMG_3778

… Et petit détour à la plage pour notre dernier jour avant de prendre l’avion le lendemain pour Ho Chi Minh.

DSC_3727 (Copier) DSC_3744 (Copier) DSC_3734 (Copier) DSC_3739 (Copier)

La Baie Terrestre de Tam Coc

Nous avons rejoint Ninh Binh le lendemain, afin d’aller y admirer un autre type de paysage, la Baie terrestre de Tam Coc.

On fait souvent référence à Tam Cốc comme la baie d’Halong terrestre. Les deux lieux ont en effet de nombreux points communs dans les paysages qu’on y aperçoit : on est cernés par des pitons karstiques. A Tam Cốc, ils jaillissent au milieu des rizières ; à Halong, ils sortent tout droit de la mer de Chine. Et si la baie d’Halong est inscrite depuis quelques années au patrimoine mondial de l’UNESCO, Tam Cốc mérite elle aussi le déplacement.

A peine installés dans la Guest house « Chez Loan », idéalement située dans les rizières , nous nous sommes empressés d’enfourcher nos vélos mis à notre disposition gratuitement par l’auberge.

C’est ébahis, que nous avons découvert cette baie terrestre à bicyclette où se mêlent rizières, fleuves et rochers karstiques.

DSC_3460 (Copier) DSC_3463 (Copier) DSC_3466 (Copier)

 

Le soir nous avons dîné chez Loan, au menu rouleaux de printemps au chèvre, et crabes frits… En bons amateurs de fromage, on imaginait déjà les rouleaux remplis de fromage de chèvre (poke Maud 😉 ) et des beignets de chair de crabe… Alors imaginez nos têtes lorsque le serveur est arrivé non pas avec des rouleaux au fromage de chèvre, mais avec de la vraie viande de biquette… et d’authentiques petits crabes frits…

IMG-20150528-WA0034

Ne passant qu’une journée dans la Baie de Tam Coc, nous avions programmé de visiter cette baie en barque le matin de bonne heure, puis d’enchaîner avec l’ascension du  Pic Hàng Mua et ses 450 marches afin d’y admirer la magnifique vue panoramique ainsi que le majestueux Dragon dominant la baie.

La matinée fut très éprouvante, le thermomètre avoisinant les 42*C dès le matin.
Nous avons passé 2h à sillonner les rizières. Par chance, nous n’étions pas très nombreux, et c’est tant mieux. On a pu profiter du calme du lieu. Notre rameuse connaissait quelques mots en français, de temps en temps, elle pointait une chèvre, des canards sur le rivage, ou encore une femme pêcheur qui ramassait des coquillages dans l’eau.

DSC_3474 (Copier)DSC_3487 (Copier) DSC_3492 (Copier) DSC_3503 (Copier) DSC_3507 (Copier) DSC_3512 (Copier) DSC_3517 (Copier) DSC_3522 (Copier) DSC_3526 (Copier) DSC_3528 (Copier) DSC_3531 (Copier) DSC_3535 (Copier)DSC_3524 (Copier) DSC_3583 (Copier) DSC_3587 (Copier) DSC_3590 (Copier) DSC_3592 (Copier) DSC_3534 (Copier)

Petite anecdote, les rameuses ont la particularité de pagayer avec les pieds, ce qui demande une certaine dextérité.

IMG_3724 IMG_3736

C’est « dégoulinant » de sueur que nous avons repris nos vélos pour 30 mn de trajet afin de commencer notre montée vers le Pic Hàng Mua … Et ses 450 marches.

DSC_3600 (Copier)

Autant vous dire que la montée n’a pas été de tout repos. Arrêt toutes les 20 marches à la recherche d’un peu d’ombre, coup de chaud et chute de tension dus à la chaleur assommante et à l’heure un peu folle à laquelle nous avons commencé cette montée (il était midi 😁)

DSC_3610 (Copier) DSC_3611 (Copier) DSC_3612 (Copier) DSC_3613 (Copier)

Ce n’est pas peu fiers que nous avons rejoint le sommet pour y admirer le splendide panorama qui s’offrait à nous.

DSC_3608 (Copier) DSC_3614 (Copier) DSC_3623 (Copier) DSC_3625 (Copier)

La descente fut nettement plus facile et rapide.

DSC_3639 (Copier) DSC_3640 (Copier) DSC_3654 (Copier) DSC_3657 (Copier)

De retour en bas, nous nous sommes réhydratés à l’ombre d’une terrasse d’un hôtel abritée sous une grotte. Nous avons profité des ventilateurs et de boissons glacées au citron vert pour nous rafraîchir et du coup passer le reste de l’après-midi à jouer aux cartes.

DSC_3661 (Copier)

Nous avons, après 4h de break, rejoint notre auberge pour prendre un taxi et nous rendre à la gare de Ninh Binh direction Hoi An en train de nuit couchette…