La vie en camper-van

Dès le lendemain, nous avons récupéré notre petite maison roulante, celle qui nous a permis de découvrir ce pays, cette île, pendant 15 jours…

DSC_6435 (Copier)

On s’y est bien senti malgré le peu d’espace, c’est devenu notre cocon. Toutes nos affaires étaient à portée de main, et non plus en boule au fond de nos sacs à dos, et tous les soirs nous dormions dans le même lit, un luxe que nous n’avions plus eu depuis longtemps..!

Nous avons choisi de louer un camper-van Toyota équipé d’un coin cuisine, avec 2 feux gaz, un petit frigo, un micro-ondes, et des placards aménagés, petits certes mais bien conçus. Le coin salle à manger quant à lui, se transformait le soir en coin nuit, en modulant les banquettes, devenant ainsi notre lit.

DSC_6149 (Copier) DSC_6144 (Copier) DSC_6150 (Copier) DSC_6380 (Copier)

Pour ce qui a été de trouver des emplacements la nuit tombée, ça n’a pas été immédiatement une évidence. Premièrement étant en hiver, la nuit tombe dès 16h30 donc la journée est très limitée. Lever tôt et coucher tôt.

Deuxièmement, nous ne savions pas si l’aire de repos choisie admettait les camper-van toute la nuit ou bien si un ranger allait nous réveiller pour nous demander de partir, ou bien carrément nous coller une amende…

On a téléchargé l’application pour téléphone « WIKICAMPS » nous permettant de trouver facilement tous les emplacements de campings payants disponibles dans un lieu donné. Elle signalait également les aires gratuites, les points d’intérêt et les belles vues…

IMG_3378 (Copier)

Il faut savoir qu’en Australie, il existe 3 principaux types d’emplacements pour le camping :

Campings privés : Ils sont évidemment plus chers car très bien équipés. Sanitaires propres, possibilité de faire une lessive et bien entendu barbecues en libre service (la base..!), piscine, une salle de TV, un robinet à eau, utile pour remplir le réservoir du camion. Mais plus le camping est équipé, plus il est cher.
Nous pouvions aussi choisir de prendre un « powered site » ou un « unpowered site », c’est-à-dire des emplacements avec ou sans branchement électrique.
Pour info, pour recharger nos appareils électriques, tels que l’ordinateur et nos 2 téléphones portables, nous avions acheté un « invertor », c’est-à-dire un appareil transformant le courant 12V en 220V en le branchant à l’allume cigare. La batterie alimentant le frigo, les éclairages et la pompe à eau se recharge également soit en roulant, soit via un branchement au camping.
Nous en avons testé quatre, entre 12 et 35 dollars AUD la nuit, cela représente un coup !

IMG_3375 (Copier)

Les campings dans les parcs nationaux. Moins chers et moins équipés, mais en pleine nature. En général il y a des toilettes sèches, des tables et des barbecues.
Selon les états, il faut payer l’entrée du parc + le camping mais nous n’avons pas eu l’occasion d’en tester un.

DSC_6140 (Copier) DSC_6139 (Copier)

Les aires de repos ou aires gratuites. Il ne s’agit pas à proprement parler de camping, mais de site où le bivouac est toléré. Toléré, ça veut dire aussi qu’il ne faut pas abuser, ni squatter des jours et des jours. La durée est d’ailleurs souvent limitée, 24, 48 ou 72h. Un Ranger peut passer relever les plaques. Il faut éviter aussi de sortir les tables, de mettre la musique très fort jusque tard dans la nuit. Certaines villes comme Byron Bay ont interdit carrément ce type d’emplacement.

DSC_5852 (Copier)

DSC_6143 (Copier)

En tout dernier recours, il y a les « Rest Area », sur le bord de l’autoroute qu’on a pu tester.

DSC_5915 (Copier)

Le camping dit « sauvage » ou sur des aires clairement interdites est une infraction, pénalisée d’une amende de 550$, plutôt chère..!!!
L’avantage du van est que l’on peut cuisiner, plus obligé de sortir dans une cantine du coin comme en Asie…

Premiers achats : pâtes, pommes de terre, riz, différentes sauce tomates, pesto,mais aussi salades, sandwichs, et… viande !
La vie australienne est chère, surtout l’alcool (exemple 17$ AUD,soit 12€ pour 6 bières Carlsberg de 33 cl) que l’on ne trouve que dans des boutiques spécialisées et non en supermarchés.

Nous avons un peu galéré avec nos 4 sacs, à trouver le loueur de notre « camper-van » situé dans une zone industrielle à l’autre bout de la ville.
Enfin arrivés, et après une heure d’administration (vérification du permis international, des assurances, etc…) nous avons récupéré notre « maison »…

La nuit tombant dès 16h30, nous avons décidé de ne pas prendre de risque en conduisant de nuit et du coup de dormir dans un « Caravanpark » à Sydney même.
Cette première nuit aura été d’une part très chère 40$ AUD la nuit et d’autre part très fraîche… Chaussettes & pulls obligatoire… ! C’est du coup en peu « congelés » que nous avons pris notre petit déjeuner dans le van puis avons pris la route.

DSC_6137 (Copier)

Geoffrey a très rapidement pris le véhicule en main… Je ne lui ai rappelé qu’une fois de rouler à gauche et non à droite, pas évident tout de suite mais il a géré !!
C’était parti pour le Nord..!!!

DSC_5979 (Copier)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *