Pékin J1 – Visite de la Cité Interdite

Arrivés à 15h30 à la gare de Beijing avec 40 degrés de température, nous avons immédiatement pris la route en direction de notre auberge, la première de notre périple. Nous avons découvert un endroit typique, grand, très fréquenté par les chinois de passage, les dortoirs sont propres malgré une humidité ambiante.

DSC_2219 (Copier) DSC_2223 (Copier) DSC_2224 (Copier) DSC_2232 (Copier)

L’emplacement est idéal car situé en plein dans les « Hutong » de Pékin. Les Hutong constituent un des symboles de Pékin avec une histoire de plus de 700 ans. En effet, les Hutong ont été construits sous la dynastie des Yuan. Le nom Hutong est un mot mongol, qui signifie le puits. L’eau a toujours été un élément important de notre vie quotidienne, donc les résidences ont été construites en fonction des puits disponibles. Petit à petit les Hutong se formèrent, regroupant plusieurs ruelles.Ces maisons traditionnelles ouvrent sur différentes cours carrées, en gardant l’atmosphère villageoise.

DSC_2220 (Copier) DSC_2433 (Copier) DSC_2437 (Copier)

Le réceptionniste nous informe que la réservation pour la première nuit s’est faite en dortoir non mixte, du coup première nuit séparée, chacun son dortoir fille et garçon avec lits superposés. Cette nouvelle nous laissant un peu perplexe, nous avons décidé d’aller au bar de l’auberge pour y boire notre première Tsingtao… Rapidement à notre aise, nous avons commencé à planifier notre séjour à Beijing et ses alentours.

Notre choix pour ses futurs 5 jours s’est porté sur la Cité interdite, le Palais d’été et la Grande Muraille.

L’auberge m’a confronté dès 5h15 du matin à la vie en communauté, ébloui par la lumière du réveil matinal d’un des occupants du dortoir homme.

Après notre petit déjeuner, nous sommes partis direction la place Tian An Men, située à 15 min à pieds de notre auberge. Cette place, littéralement : « Place de la porte de la Paix céleste » est située au centre de Pékin. Elle s’appelle ainsi car elle se trouve immédiatement au sud de la porte de la Paix céleste qui commandait l’entrée sud de la cité impériale.

DSC_1956 (Copier) DSC_1951 (Copier)

Puis nous sommes enfin rentrés dans la Cité Interdite. Son envergure inégalée s’étend sur une superficie de 72 ha dont 50 ha de jardins, s’étendant sur 960 m de long du nord au sud, et de 750 m de large d’est en ouest, entourée d’une muraille de 10 m de haut sur 6 m de large, elle-même cernée d’une douve large de 52 mètres, à laquelle on accède par quatre portes.

La température élevée, l’air pollué et le manque d’espaces verts dans les nombreuses cours intérieures ont rendu notre visite moins idyllique que nous l’espérions.

La Cité Interdite est certes immense, impériale et incontournable à Pékin, mais nous n’en sommes sortis ni subjugués, ni émerveillés. Le « smog » apparent sur toutes nos photos confirme un peu nos écrits, n’est-ce pas ?

DSC_1975 (Copier) DSC_1986 (Copier) DSC_1997 (Copier)

En revanche, après la visite de la Cité, nous avons traversé la rue et nous nous sommes dirigés vers le Jingshan Park. Avant d’y monter au sommet et d’y contempler la vue, nous nous sommes octroyé une petite sieste à l’ombre dans les jardins.

DSC_2025 (Copier)

Une fois frais et réveillés, nous avons gravi les 5 634 marches 🙂 pour y observer un magnifique panorama de la Cité Interdite, mais encore une fois, la pollution flottante faisait perdre le charme de ce tableau.

DSC_2041 (Copier) DSC_2045 (Copier) DSC_2046 (Copier)

Le soir, on est allé se perdre dans les étroites rues des Huttong pour y déguster une « pierrade » façon pékinoise, l’odeur alléchante de la viande grillée nous ayant séduits. Lors du choix du menu, nous avons opté pour des Chicken Paws, ainsi que des crevettes, des pains de maïs façon « polenta » et assortiments de légumes verts (qui ne nous ont malheureusement jamais été servis, malgré nos relances). La première bouchée de « Chicken Paws », nous a vite fait comprendre qu’il ne s’agissait pas d’émincés de poulet, comme on croyait le voir sur la photo, mais bel et bien des pattes de poulet, à savoir du cartilage et que du cartilage… Notre anglais nous ayant joué des tours, nous avons laissé le poulet et rapidement commandé du canard à la place.

DSC_2059 (Copier) DSC_2061 (Copier)

Plus tard dans la soirée, en regardant le menu, on a constaté que la carte proposait également des intestins, du cœur de bœuf ou encore du diaphragme de mouton. Bon appétit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *